Home » BLOG

BLOG

Entretiens : pourquoi bannir le perfectionnisme de vos défauts

Entretiens : pourquoi bannir le perfectionnisme de vos défauts - Talentuall

En entretien d’embauche, il est impossible d’échapper au moment où le recruteur vous posera la question : « quelles sont vos qualités et vos défauts ? »  Cela prendra peut-être une autre forme comme « qu’est-ce que l’on peut dire de vous ? » ou alors « qu’est-ce que les gens apprécient ou apprécient moins chez vous ? » ou bien encore « quels sont vos points forts et vos axes de progression ?» … Très souvent, une des réponses qui est donnée est : « j’ai tendance à être perfectionniste ». On se dit que c’est à la fois un défaut et une qualité et que, au final, c’est parce qu’on veut donner l’image d’une personne ambitieuse, très attachée au détail et soucieuse du travail bien fait.

Quand on parle de perfectionnisme comme un faux défaut qui pourrait passer pour une qualité, c’est parce que l’on pense sincèrement que c’est une qualité, sans vraiment se rendre compte que le perfectionnisme est en fait un comportement bloquant.

Le perfectionnisme est une tendance à vouloir tout faire, avec un souci exagéré de la perfection. Ainsi, le perfectionniste va, par exemple, attendre le meilleur moment avant d’agir, ou bien il va passer un temps infini sur un sujet jusqu’à ce qu’il soit parfait au lieu de le terminer dans les délais attendus. Ainsi, sous prétexte de vouloir bien faire, le perfectionniste procrastine. C’est un moyen déguisé de se rassurer, de rester dans sa zone de confort. Bien souvent être perfectionniste rime avec ne pas savoir déléguer et avec une incapacité à prioriser les tâches à accomplir, voire une inhabilité à travailler en équipe. Non seulement le perfectionnisme retient l’action, mais de plus il est épuisant car source de stress et de culpabilisation. La conséquence est que le perfectionniste met plus de temps à atteindre ses objectifs. Cela peut aussi s'avérer être un cas pathologique et conduire au burn-out.

Sans aller jusque-là, le perfectionnisme, qui est le défaut le plus mentionné en entretien, est une réponse galvaudée par les candidats qui cherchent à donner un défaut qui, pensent-ils, n’en est pas vraiment un. En réalité, être perfectionniste vous dessert plus que l’inverse et agace les recruteurs qui y voient une forme d’hypocrisie.

L’une des meilleures façons de présenter ses défauts en entretien est de parler que de défauts qui ne sont pas directement en lien avec les compétences demandées, comme par exemple la gourmandise. Vous pouvez également détourner la question en parlant d’axes d’améliorations telle que la maîtrise budgétaire par exemple (si celle-ci n’est pas essentielle au poste). Cela permettra d’autant plus au recruteur d’identifier les axes de développement que l’entreprise pourra vous apporter si elle vous embauche et renforcer ainsi votre motivation.

Pourquoi les recruteurs ne vous (r)appellent pas ?

Pourquoi les recruteurs ne vous (r)appellent pas ? - Talentuall

La plupart des candidats avec lesquels j’échange me font part de leur incompréhension de ne recevoir aucun retour, y compris ceux qui ont passé des entretiens que ce soit de la part de chasseurs de tête ou d’entreprises.

Entretiens visio : 6 pièges à éviter !

Entretiens visio : 6 pièges à éviter ! - Talentuall

Bien que ce sujet ait été maintes fois rabâché depuis notre entrée dans l’ère COVID-19, il me paraît important, alors que nous sommes à l’heure de la vaccination, de procéder à une piqûre de rappel.

Mouton à 5 pattes, à 3 pattes ou Dolly... Lequel choisiriez-vous ?

Mouton à 5 pattes, à 3 pattes ou Dolly... Lequel choisiriez-vous ? - Talentuall

Dans un contexte de plus en plus compétitif et rempli d’incertitudes, peut-on se satisfaire de Dolly où doit-on se montrer plus audacieux en misant sur des profils différenciants ?

Apprendre à dire OUI

Apprendre à dire OUI - Talentuall

Un des grands axes en développement personnel est d’apprendre à dire non pour des raisons qui sont tout à fait louables et justifiées. Mais apprendre à dire oui, c'est...